Archive for August, 2008

31
Aug
08

Light Blue

M83 – “I Guess I’m Floating”

Advertisements
28
Aug
08

Light Box

Bloc Party – “So Here We Are”

27
Aug
08

Texture: Dune

27
Aug
08

Surrection.

Epic45 – “Early 80’s Snowfall”

Je suis mort. C’était il y a deux heures, je crois. Pardonnez mon absence, tout est encore un peu flou dans ma tête. Mes pensées vont et viennent, fusent comme autant de missiles lancés au hasard. J’avoue ne plus me rappeler grand chose. En fait, je ne me souviens de rien. A part l’accident.

C’était une grosse bagnole, une berline flambant neuve. Je ne l’ai pas entendue arriver. Elle m’a fauché sur un passage piéton. Les os de mon bassin ont volé en éclats à la seconde où le parc-choc m’a heurté, l’impact a ensuite embrasé le reste de mon squelette en circonvolutions de douleurs. L’onde de choc s’est propagée à une vitesse stupéfiante, la plupart de mes organes internes ont été pulvérisés instantanément, les autres déchirés par les débris acérés de mon squelette. Il me semble que le son déplaisant de mes côtes écrasant mes poumons dans un chuintement humide résonne toujours sous mon crâne.

Juste après que mon visage ait heurté le capot noir et brillant de la voiture, figure acrobatique qu’il ne me fallut que quelques centièmes de secondes pour effectuer au grand dam de ma colonne vertébrale, je fus projeté dans les airs. Ou plutôt, la majeure partie de mon corps fut projetée dans les airs, ma jambe gauche ne daigna pas me suivre dans mon envol, elle demeura encastrée dans les mâchoires d’acier d’un enjoliveur. Je heurtai le sol sans tout à fait m’en rendre compte et glissai sur plusieurs mètres, je laissai sur mon passage une large traînée d’un vermeille sombre, où la bile et quelques humeurs acides se mêlaient à un déluge de sang artériel, noir et fumant.

A ce stade, la douleur n’avait plus qu’une fonction indicative, ne correspondait plus à un stimuli précis ou porteur de quelque message que ce soit. Mes récepteurs sensoriels étaient tous endommagés, ou saturés par les informations en cascade qui les assaillaient. Défaillance système, hémorragie, rupture d’alimentation, fractures multiples, centre de commande h.s. Rien à faire. Rien à dire. A cet instant, je crus pertinent d’appeler à l’aide. Il me fallut d’abord recracher des copeaux de dents, ma lèvre inférieure, que j’avais sectionnée et confondait avec les débris de ma langue. Le sang qui jaillit de ma bouche à gros bouillons et les restes de mes arêtes nasales encastrées dans mon palais ne me permirent que d’émettre un râle désespérant, ponctué ici et là de bulles écarlates de fort mauvais goût.

Je me fis une raison, je n’étais plus en état de communiquer. Mais je pouvais encore retrouver un semblant de dignité. De mon seul bras valide (j’ignore ce qu’il était advenu du second) je tentai pathétiquement de rassembler les viscères dispersées autour de moi. La peau trop tendue de mon ventre s’était rompue telle un ballon de baudruche, et son déplaisant contenu s’étalait ostensiblement sous les yeux des rares spectateurs de mon agonie. Usant de ce qui me parut être mon gros intestin, je ramenai tant bien que mal le contenu éclaté de mes entrailles vers la plaie béante de mon abdomen.

Je fus interrompu par le brusque retour de mes capacités olfactives. Un parfum insupportable, lourd, mélange anarchique d’exhalaisons diverses me sauta à la gorge. Odeur enivrante du sang encore tiède, odeur de mes excréments pas tout à fait mûrs, odeur du café fraîchement évadé de mon estomac laminé. J’ai cessé de m’agiter, je sentais la fin.

Je puais la mort.

26
Aug
08

Go straight on

25
Aug
08

I Can Hear Your Voice In My Head

Vers le Styx, gravement, tu vas t’acheminer. En précédant ta femme, et sans te retourner !
Si, trop pressé de voir ton aimable Eurydice, tu désobéissais à ce petit caprice, elle t’échapperait pour toujours, … cette fois.

Jacques Offenbach – “Orphée aux Enfers” (1858)

Telepopmusik – “Don’t Look Back”

25
Aug
08

Miroslav Tichy

Today I’m not only posting a picture, here are some ligns on the most impressiv exhibition I’ve ever seen. This work is just extraordinary. I was trembling by the time I went out.

// If you’re in Paris this days, take a day off. //

Jusqu’au 22 septembre 2008. / Till September 22nd, 2008.

Le Centre pompidou présente pour la première fois en France l’oeuvre photographique de Miroslav Tichy, artiste tchèque hors norme, aujourd’hui agé de plaus de 80 ans. Son oeuvre récemment découverte, révèle le talent singulier d’un personnage marginal et monomane, vivant à rebours de la société, du système politique et des valeurs d l’ère communiste, en vigueur dans son pays entre 1948 et la fin des années 1980.

This is the first exhibition in France of the photogrphic work of the Czech artist Miroslav Tichy, now more than 80 years old. Only recently discovered, his work reveals the distinctive talent of a marginal and somewhat monomaniacal figure who steadfastly refused the social, political and personal values of the Communist period, from its beginning in 1948 ti its end in the late 1980’s.

texts are copyright Centre George Pompidou 2008

Miroslav Tichy - Untitled, undated

Miroslav Tichy

Miroslav Tichy

Miroslav Tichy - Untitled, undated

Miroslav Tichy

Miroslav Tichy - Untitled, undated

Verseau - Tribute to Miroslav Tichy - 2008

Verseau - Tribute to Miroslav Tichy - 2008




August 2008
M T W T F S S
« Jul   Sep »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

News from “Days off”

Back on "Days off" ! Even if we don't have a lot of days off nowadays, I'll try to give a new life to this blog, don't know how long it'll last ^^ Hope you'll like it!